Salar d’Uyuni & Sud Lípez : en route vers le désert de sel

cite-perdue-ciudad-perdida-sud-lipez-uyuni

Après une première journée grandiose à parcourir les paysages du Sud Lípez plus sublimes les uns que les autres, nous remontons en 4×4 pour de nouvelles aventures. Au menu de cette deuxième journée : lagunes cachées, canyon vertigineux, lamas, viscaches, et nuit dans un hôtel de sel avant de pénétrer dans le salar d’Uyuni.

Le réveil sonne à 7h. Malgré la fraîcheur, la nuit a été bonne. Notre première étape nous conduit à la Copa del Mundo, une fascinante formation rocheuse qui n’est évidemment pas sans rappeler le plus célèbre des trophées de la planète football. Le site est splendide avec ses roches aux tons ocres, et l’immensité des plaines nous laisse encore une fois sans voix.

copa-del-mundo-sud-lipez-uyuni
La Copa del Mundo … mais celle-ci, personne n’est jamais parvenu à la soulever !

À quelques encablures seulement – entendez cinq petites minutes de 4×4 – c’est le camello qui fait le spectacle. Cette fois il s’agit d’un rocher en forme de chameau comme son nom le laisse entendre.

camello-chameau-sud-lipez-uyuni
El Camello, étonnant rocher à la forme d’un camélidé.

Dernière étape dans cette vallée rocheuse avec la Ciudad perdida. Cette cité perdue est dotée d’immenses rochers hauts comme des immeubles de cinq étages. Notre petite équipe suit rigoureusement Elyas qui nous fait escalader jusqu’au sommet d’où nous jouissons d’une vue fabuleuse.

cite-perdue-ciudad-perdida-sud-lipez-uyuni
Perdus dans la Ciudad perdida.

L’endroit, aussi appelée Casa de las piedras est bien connu des agences de tourisme, aussi nous ne sommes pas seuls. De plus, les guides s’amusent à s’appeler les uns les autres en hurlant pour tester l’écho. Pour ce qui est de profiter de la nature et du calme, vous l’aurez compris, on repassera ! Nous faisons toutefois notre première rencontre avec les viscaches, de gros rongeurs cousins du chinchilla. Un croisement entre le lapin et l’écureuil, dodu mais doté d’une vitesse et d’une agilité sans pareilles ! Aptitude pour jouer à cache-cache : 10/10 !

viscache-viscacha-sud-lipez-uyuni
Une viscache, ou viscacha, nous narguant depuis son promontoire. Catch me if you can!

Paysage de carte postale avec les lamas

Quelques minutes plus tard nous reprenons la voiture et les 4×4 se dispersent (enfin!). Un troupeau de lamas traversant la piste nous fait nous arrêter. Le décor est somptueux avec ces camélidés qui paissent devant ce lac réfléchissant un sublime volcan. Deux autruches se promènent également dans ce joli décor. De très bon augure avant le salar.

lamas-excursion-sud-lipez-uyuni lama-jeune-lac-sud-lipez-uyuni

lamas-lac-sud-lipez-uyuni autruches-excursion-sud-lipez-uyuni

 

Nous nous offrons une longue pause contemplative, loin des autres groupes, avant de nous remettre en route vers la Laguna negra aussi appelée Laguna misteria. Le dernier kilomètre de ce chemin est particulièrement étroit et Elyas doit faire preuve de beaucoup d’agilité pour se faufiler avec le 4×4. Mais quelle fut notre surprise une fois sortis de ce couloir rocheux étriqué … d’un paysage aride de sable et de roches ocres, nous débouchons sur un oasis de verdure. Incroyable ! Cette excursion vers le salar d’Uyuni n’en finit pas de nous surprendre.

À la découverte de la Laguna Negra

Nous posons le pied à terre et Elyas nous fait traverser une plaine verdoyante qui paraît à peine réelle. Nous enjambons le rio et du haut d’un rocher, nous apercevons enfin la Laguna negra. À notre gauche un troupeau de lamas est paisiblement en train de paître. Le temps semble s’être arrêté ici. C’est une surprise de voir un paysage si vert au beau milieu d’immenses étendues désertiques. De l’autre côté le lac est noir et dans le même temps le ciel s’assombrit. L’orage gronde au loin et nous distinguons parfaitement les éclairs en plein jour. Sans grande surprise, quelques minutes plus tard la pluie fait son apparition. Nous courons nous mettre à l’abri sous le parasol qu’Elyas a installé à notre table. Nous déjeunons là, dans ce havre de paix.

laguna-negra-sud-lipez-uyuni-bolivie
La Laguna Negra porte bien son nom avec ses eaux très sombres.
lagune-roche-desert-lac-sud-lipez-uyuni
Une oasis au beau milieu du désert.

Le canyon de l’Inca, passage époustouflant !

Nous faisons notre premier stop de l’après-midi au canyon de l’Inca. Et quel arrêt ! Nous descendons de la voiture et nous dirigeons sans le savoir vers ce gouffre immense. À l’inverse du salar, les agences de voyage parlent peu ou pas du tout de ce canyon pourtant grandiose. La météo ne s’y prête pas vraiment, mais malgré la pluie et le vent nous essayons de profiter de ce site. Une chose est sûre, ce canyon est vraiment très spectaculaire. Gare au vertige, d’ici le sentiment de vide est impressionnant. Mais la vue est à couper le souffle !

canyon-inca-sud-lipez-uyuni-bolivie
Le canyon de l’Inca et son panorama à couper le souffle.
canyon-inca-sud-lipez-uyuni
Vue d’ici, la rivière à l’air minuscule.

Halte gourmande : bière cactus ou bière quinoa ?

Nous roulons une bonne heure sans s’arrêter, brinquebalés dans le 4×4 avant d’arriver dans un minuscule village. Dans une petite échoppe, Elyas nous propose de goûter une bière à la coca, au quinoa ou au cactus. Nous optons pour celle au quinoa, une bière blonde avec un bon goût de quinoa là où la bière au cactus était vraiment sucrée. Quant à celle à la coca, ce n’était ni plus ni moins qu’une bière très légère avec une feuille de coca « infusant » à l’intérieur. Ici, c’est le repaire des guides qui font tous une halte pour faire goûter ces bières aux gringos. L’occasion pour nous d’échanger avec d’autres groupes, attablés autour d’une bière locale.

biere-quinoa-sud-lipez-uyuni-bolivie
Bière cactus, quinoa ou coca, à vous de choisir !

Une nuitée dans un hôtel de sel, à quelques pas du salar d’Uyuni

Le sol, les mûrs, les chaises, les tables, les lits … ne cherchez pas, ici tout est en sel ! Absolument tout ! Nous passons la soirée et la nuit dans cet hôtel de sel qui nous surprend par son confort compte tenu de l’isolement. Trois Norvégiens et deux Allemands nous tiennent compagnie en plus de nos trois acolytes mexicaines. D’ici, nous ne sommes plus qu’à quelques kilomètres du salar d’Uyuni. En scrutant l’horizon, on l’aperçoit d’ailleurs ce fameux salar de Uyuni. Rien de plus à faire dans ce minuscule village – où quelques enfants nous interpellent tout de même à coups de « ¡Hola Gringo! » – si ce n’est admirer les étoiles dans un ciel splendide. Désormais nous n’avons plus qu’à patienter jusqu’à demain pour voir se lever le soleil sur le plus grand désert de sel au monde

hotel-sel-sud-lipez-uyuni-bolivie
Dans l’hôtel de sel, tout est en sel (ou presque!).
hotel-sel-sud-lipez-uyuni-travelando
Le précieux matériaux vu d’un peu plus près, provient du salar situé à quelques kilomètres seulement.

 

À NOTER :

Attention à l’altitude si vous arrivez juste en Bolivie ou au Chili. L’excursion au salar d’Uyuni depuis San Pedro de Atacama commence à 4400 mètres d’altitude. Cela nécessite de s’acclimater pendant plusieurs jours, faute de quoi vous vous exposez au mal des montagnes (maux de tête, vertige, nausées, fatigue…) qui peut avoir des conséquences graves. Dormir en altitude (3600 mètres notamment lors de la première nuit) peut aussi causer certains troubles (sommeil agité, bouche et nez secs, soif, …). Selon les agences, vous dormirez dans des refuges plus ou moins en altitude. Notre agence Lithium optait pour un hôtel un peu moins haut que certains concurrents mais nous étions tout de même à 3600 mètres.

 

Dans le prochain article nous assistons au lever de soleil sur le fabuleux salar d’Uyuni,
le plus grand désert de sel au monde…

 

2 Comments

Laissez nous un petit commentaire, nous y répondrons avec plaisir !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial