Mendoza la tranquille, entre vignobles et montagnes

vignes-maipu-mendoza

Notre petit groupe de Français diminue peu à peu. Après avoir dit au revoir à Mathieu à Santiago, c’est Stef qui décide de nous quitter (temporairement heureusement!). Tombée amoureuse de Valparaíso, elle décide de prolonger un peu le séjour avec un volontariat. C’est donc à quatre avec Maxime et Élise que nous partons direction Mendoza. Avec plus de 850 000 habitants (115 000 intramuros), Mendoza est la quatrième plus grande ville d’Argentine. Pour autant, nous avons été surpris par le calme qui y régnait. Un petit havre de paix au pied des Andes.

vue-mendoza-vignobles

Les cinq places de Mendoza

Nous commençons la visite de Mendoza par ses cinq places disposées comme sur un dé à jouer. La place Independencia au centre, les places Italia, España, Chile, et San Martin aux quatre coins. Chaque fin de semaine, un marché artisanal s’installe sur la Plaza Independencia.

En 1861, un tremblement de terre a dévasté Mendoza. La reconstruction s’est étalee sur de nombreuses années et c’est en 1949 seulement qu’a été inaugurée la plaza España. C’est selon nous la plus jolie des cinq places. En s’y baladant, on se croirait véritablement en Espagne. La place est dotée de jolis bancs en pierre blanche et de grands arbres. Une belle fontaine trône au milieu de cette plaza España qui se distingue surtout par ses magnifiques mosaïques. Au centre, une statue féminine représente le pouvoir espagnol à l’époque des colonies.

plaza-espana-mendoza-fontaine

Une grande fresque entièrement en mosaïque représente sept scènes historiques : la fondation de la ville de Mendoza par Pedro del Castillo en 1561, la découverte de l’Amérique, les missions religieuses, la figure de Don Quichotte et un célèbre poème de l’écrivain José Hernández sur le gaucho Martín Fierro.
Au sol, les pavés sont aussi parsemés de petits carrés de mosaïque représentant des symboles de la royauté.

banc-mosaique-plaza-espana mosaiques-plaza-espana

 

Balade au parc San Martin 

Avec plus de 300 hectares cultivés, le parc San Martin est le plus grand parc de Mendoza. C’est aussi le plus ancien. Sa construction a débuté en 1876 sous la direction de l’architecte paysagiste Charles Thays, né en France puis naturalisé argentin sous le nom de Carlos Tahys. On reconnait l’influence française dès l’entrée dans le parc avec les deux imposantes portes de fer. Elles sont surmontées d’un condor, symbole de la région, et ornées des armoiries de la province de Mendoza.

Couvrant tout la partie ouest de Mendoza, cet immense parc a été nommé en hommage au général José de San Martín, le « libérateur des Andes ». Ce général argentin a été l’instigateur de l’indépendance de plusieurs pays d’Amérique du Sud pendant les rébellions contre la tutelle espagnole.

parc-san-martin-mendoza-pilones

Trente-quatre sculptures décorent les chemins du parc, et une promenade mène à « El rosedeal », une superbe roseraie contenant de nombreuses variétés de fleurs.

Après s’être baladés dans le parc et au bord du lac artificiel, nous avons pris le chemin du Cerro de Gloria. Accessible à pied ou en navette depuis le bureau d’informations, cette colline offre un panorama superbe sur la ville de Mendoza. Au sommet, un monument a été érigé en l’honneur de l’armée des Andes, pour célébrer le centenaire de l’indépendance de l’Argentine en 1906.

cerro-gloria-mendoza


La route des vins de Maipú

Jouissant d’un climat sec et d’un ensoleillement exceptionnel, la région de Mendoza est la principale zone viticole d’Argentine. Si en France, le Malbec n’a pas très bonne réputation, c’est en revanche le produit phare de Mendoza !

Nous avons pris un bus direction Maipú, commune voisine de Mendoza et départ de la route des vins. Sur ce parcours, il est possible de visiter de nombreuses caves (appelées ici « bodegas »). Les plus anciennes sont devenues de véritables musées, exposant des outils historiques qui témoignent de l’évolution des techniques de production. Et qui dit bodega dit bien entendu dégustation de vin !

La meilleure façon de parcourir la route des vins est à vélo. Après passage à l’agence de location, nous montons en selle pour quelques kilomètres tranquilles sur les routes ensoleillées. Nous avons choisi de visiter deux bodegas : Tempus Alba et Carinae. Notre tour nous mènera également à l’oliveraie Laur.

visite-bodega-velo-maipu-mendoza

 

Tempus Alba, entre luxe et sérénité

Nous débutons la journée avec la visite de Tempus Alba, petite bodega mais grand standing. Une visite guidée gratuite et en autonomie est proposée. Il s’agit de panneaux explicatifs qui relatent l’histoire de cette bodega familiale, ainsi que le processus d’élaboration de leur vin. Nous nous installons ensuite sur la terrasse pour une dégustation. Le cadre est idyllique. Nous goûtons un rosé et deux Malbec tout en appréciant la superbe vue sur les vignes et les montagnes au loin.

tempus-alba-maipu-bodega

 

Icône InfoPrix de la dégustation : 65 ARS pour trois verres de vin
Horaires d’ouverture : de 10h30 à 18h du lundi au vendredi
Plus d’infos sur le site : www.tempusalba.com

 

Laur, l’oliveraie centenaire

Visiter une fabrique d’huile d’olive lors d’une journée consacrée au vin ? Nous n’étions pas convaincus, et pourtant nous n’avons pas été déçus !

La fabrique Laur a été fondée en 1906 par Francisco Laur, immigré français venu s’installer dans la région de Maipú. Pionnière dans la récolte d’olives et dans la production d’huile extra vierge, l’entreprise Laur retrace aujourd’hui son histoire centenaire pour le plus grand bonheur des touristes.

laur-huile-olive-maipu-mendoza

La visite est rapide et elle débute dans l’oliveraie, où notre guide nous raconte l’histoire des différentes variétés et le processus de production de l’huile d’olive. Nous sommes ensuite conduits dans un musée exposant les différentes machines utilisées à travers les âges. Nous admirons les anciens pressoirs à vapeur, utilisés pour écraser les olives et en extraire le jus, ensuite filtré. Puis nous visitons la fabrique actuelle en profitant des explications sur les méthodes modernes. Nous arrivons ensuite à la fabrique de vinaigre balsamique avant de terminer par une dégustation dans le showroom. On nous invite à goûter des olives bien évidemment, mais aussi des tomates séchées, de la tapenade ; le tout accompagné de fines tranches de pain grillé. De petits ramequins contenant différentes huiles d’olive et deux vinaigres balsamiques différents sont à notre disposition pour déguster. C’est divin, un régal ! Avec ces produits, on sent vraiment la différence avec les huiles d’olive et les vinaigres balsamiques classiques qu’on peut trouver dans le commerce. Sceptiques à l’arrivée, nous ressortons donc enchantés car la visite et la dégustation valent vraiment le détour.

 

Icône InfoPrix : 100 ARS incluant visite et dégustation
Plus d’infos sur le site : http://www.olvlaur.com/

 

CarinaE, le vin des étoiles

Juste en face de la fabrique d’huile d’olive se trouve une petite bodega du nom de CarinaE. Il est déjà tard lorsque nous passons la porte, et pourtant nous avons droit à une dégustation de dernière minute. L’endroit est tenu par deux expatriés français, Brigitte et Philippe.
Le couple originaire de Toulouse décide de s’installer en Argentine en 1998. Ils changent radicalement de milieu professionnel en créant CarinaE en 2003, sans aucune connaissance préalable de la viniculture. Dix ans plus tard, pari réussi pour ces deux Toulousains qui voient leurs vins très bien reçus par la critique et les consommateurs.

C’est Philippe, passionné d’astronomie, qui a choisi le nom de la bodega. Carinae est une constellation traversée par la voie lactée comprenant un important nombre d’étoiles brillantes. Dans le ciel austral, elle est visible principalement pendant les nuits d’été et d’automne, correspondant à la période des vendanges.

Nous sommes accueillis par Brigitte, qui nous organise une dégustation cinq étoiles. Elle nous explique avec énormément d’enthousiasme l’histoire de son projet, et la technique d’élaboration de ses vins. La production est répartie entre deux propriétés, pour un total de 19 hectares de vignes. La cave, d’une capacité de 260 000 litres, est composée de 250 barriques françaises permettant de produire des vins de haute qualité. Quel plaisir de converser avec quelqu’un d’aussi passionné ! Nous repartons légèrement chancelants, et rendons nos vélos avant de rentrer à Mendoza.

degustation-carinae-brigitte-maipu

Icône InfoPrix de la dégustation : à partir de 85 ARS
Ouvert tous les jours de 10h à 18h
Plus d’infos sur le site : http://carinaevinos.com/

Les thermes de Cacheuta

Petit échec sur la fin de notre séjour à Mendoza… Nous avons tenté de passer une journée détente aux thermes de Cacheuta, mais avons dû nous raviser. Lorsque nous sommes allés au terminal de bus, il restait assez de place dans le bus aller, mais pas retour. Si vous souhaitez vous rendre aux thermes, on vous conseille donc de réserver votre trajet en avance en vous rendant au terminal de bus.

C’est ici que nous nous séparons de Maxime et Élise, qui repartent en direction du Chili. De notre côté, nous continuons la visite du Nord de l’Argentine, qui nous prépare encore de belles surprises…

 

Dans le prochain article nous visiterons Córdoba, ville de culture et d’histoire.

Laissez nous un petit commentaire, nous y répondrons avec plaisir !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial