Machu Picchu : du rêve à la réalité

visiter-machu-picchu-perou

Fouler le sol d’une glorieuse cité perdue, admirer l’ingéniosité d’une des plus illustres civilisations au monde, s’extasier face aux montagnes environnantes indomptables, la visite du Machu Picchu est un condensé de tout cela. Les centaines de marches taillées au cordeau il y a cinq siècles ont beau rappeler vos muscles à la réalité, votre esprit est ailleurs et c’est à peine si vous réalisez ce que vous êtes en train de vivre.

Quand le réveil sonne à 3h30 dans notre petite chambre d’hôtel à Aguas Calientes, nous pensons être les premiers à ouvrir les yeux. Nous descendons les rues de Machu Picchu pueblo en direction du pont Ruinas. Situé largement en contrebas des grilles d’entrée du Machu Picchu, cet édifice qui enjambe la rivière Urubamba est le premier checkpoint. En chemin nous rencontrons beaucoup de lampes frontales sur des têtes à peine plus réveillées que les nôtres. Chacun pensait s’offrir un peu d’exclusivité en se réveillant aux aurores, mais on dirait bien que nous sommes des dizaines à s’être bercés par les mêmes illusions.

La course effrénée au Machu Picchu

À 5h tapantes, les agents contrôlent les tickets et laissent passer les premiers chanceux. Il est 5h10 quand nous entamons l’ascension de ce fameux escalier inca. Les marches n’en finissent pas, le cardio monte à plein régime et peu à peu les premières lueurs du jour apparaissent. Au terme des 1716 marches et 45 minutes d’effort, nous accédons à l’entrée du Machu Picchu. Il n’est pas encore 6h mais entre les marcheurs et les premiers passagers des bus, c’est déjà la cohue devant les grilles (pour toutes les infos pratiques, consultez cet article)

Est-ce un mirage ?

Icône du Pérou et site le plus visité d’Amérique du Sud, le Machu Picchu figure parmi les plus célèbres cités perdues du monde. Cela lui vaut de figurer dans les plus beaux ouvrages et dans de nombreux albums de voyage à travers le globe, et aussi d’inonder les réseaux sociaux. On a tellement pris l’habitude de le voir en photo que lorsqu’on aperçoit cette merveille face à soi, on a du mal à en croire ses yeux. Le Machu Picchu est bel et bien réel, et il se tient juste devant nous. Pincez-moi, je suis en train de rêver !

machu-picchu-perou
Premier arrêt photos depuis la hutte du gardien du rocher funéraire

machu-picchu-travelando

La Montaña Machu Picchu

En plus du ticket d’entrée classique, nous avions pris le supplément montaña Machu Picchu. L’ascension est très exigeante, d’autant plus après les 1716 marches gravies plus tôt. Cet interminable escalier qui nous mène vers le sommet de la Montaña est escarpé. Ces 2160 marches inégales conjuguées à l’altitude ont tôt fait de transformer la balade en entraînement militaire. Mais sur ce chemin hors du commun, le panorama n’a pas son pareil. À mesure que nous grimpons, l’écart se réduit avec les sommets des montagnes  qui entourent le Machu Picchu.

ascension-montana-machu-picchu-perou
Nous dominons Aguas Calientes alors que de l’autre côté, nous surplombons l’imposant río Urubamba.

Sur le toit du Machu Picchu

Au terme d’1h½ d’ascension nous sommes récompensés à la hauteur de nos efforts. Nous observons avec humilité l’immensité des montagnes qui encerclent ce site fabuleux. Ces généreuses géantes de vert lui confèrent un aspect mystérieux, empreint d’inaccessible et d’enchantement. Les nuages apparaissent et disparaissent au gré des vents et ne laissent entrevoir la cité inca que par intermittence. Ce cache-cache dure plus d’une heure, nous laissant tantôt apercevoir la plus célèbre des cités perdues dans une lumière éclatante, tantôt dans un épais voile nuageux. Puis il est temps de redescendre sur Terre même si nous sommes loin d’être lassés par ce spectacle grandiose.

vue-montana-machu-picchu-perou
Le Machu Picchu se dresse sous nos yeux, minuscule, au milieu de cet océan de vert qui enveloppe la cité inca.

vue-macchu-picchu-depuis-montagne

La citadelle inca

De retour de la Montaña, le site est étrangement calme. Le contraste est saisissant avec le début de matinée. Les allées de la cité sont quasi désertes là où le matin même, on se bousculait presque pour prendre quelques photos. Nous déambulons dans les allées de cette ancienne cité, nous arrêtant un peu plus sur certaines pierres. Le travail des incas est impressionnant et leur ingéniosité un émerveillement. La structure des édifices et la précision dans la taille des pierres est fascinante. L’acheminement des blocs de pierre et leur disposition demeurent aujourd’hui encore un mystère, même cinq siècles après la chute de l’empire inca.

machu-picchu-pierresvue-machu-picchu-perou

L’histoire du Machu Picchu

Le moins que l’on puisse dire à propos du Machu Picchu, c’est que son histoire est aussi floue que sa renommée est importante. Voilà sans doute un ingrédient qui entretient le mystère de cette cité perdue. La construction du Machu Picchu aurait été commandée au XVème siècle par le neuvième empereur inca, Pachacuti Yupanqui dit Pachacutec. On ignore l’importance de ce site et son rôle dans la civilisation inca. Dernière capitale de l’Empire Inca ? Résidence secondaire de l’Empereur pour l’éloigner du pouvoir central situé à Cusco ? Dernier refuge des Vierges du Soleil ? Lieu de culte consacré au Soleil ? Le mystère demeure…

site-machu-picchu-constructions-incasmachu-picchu-constructions-incas

 

Le désintérêt des Espagnols

Les Incas auraient-ils déserté le Machu Picchu pour ne pas le voir tomber aux mains des Espagnols ? Suite à la chute de Cusco en 1534, on peut penser qu’ils craignaient de connaître le même sort, mais cela reste une théorie. Dans tous les cas, le Machu Picchu ne figure dans aucun texte des colons. Le site n’a été découvert qu’en 1911 par l’historien américain Hiram Bingham, après plusieurs siècles d’abandon. Avant Bingham, seuls quelques indiens auraient eu vent de l’existence du site, ainsi qu’un groupe d’aventuriers allemands qui en 1860 s’étaient employés à le piller. Le Machu Picchu doit donc sa renommée à Bingham qui informa l’université de Yale et la National Geographic society de sa découverte.

visiter-machu-picchu-perou

 

Quel avenir pour le Machu Picchu ?

Plus de 800 000 personnes arpentent chaque année les allées du Machu Picchu. Cette sur-fréquentation menace le site et inquiète au plus haut point l’UNESCO qui suggère d’en limiter l’accès à 1000 personnes par jour. Or depuis 2017 et la modification par le gouvernement péruvien des billets – réduisant les visites à une demi-journée – on est passé de 2500 à 5000 visiteurs journaliers. Des chiffres qui menacent la pérennité du site.

machu-picchu-vue-fin-journee
Le Machu Picchu au coucher du soleil.

visite-machu-picchu-peroumachu-picchu-panorama
Le Machu Picchu en chiffres :

  • 285 maisons en ruines
  • 5000 visiteurs par jour
  • 800 000 visiteurs par an
  • 1716 marches entre Aguas Calientes et le Machu Picchu
  • 2160 marches jusqu’au Cerro Machu Picchu

Nos autres articles consacrés au Machu Picchu  :
–  Machu Picchu pratique : nos conseils pour préparer sa visite
Machu Picchu pas cher : comment visiter au juste prix

12 Comments

  1. J’adore cet artice <3 Déjà car le Machu Picchu reste un des lieux que je rêve de visiter, car les paysages et la nature y sont sauvages et indomptés (comme tu le dis en introduction) et car les photos sont super belles. Et aussi car c'est la première fois (je crois) que je vois ces panoramas incroyables depuis la Montaña !!!
    Je suis étonné de ne voir personne sur tes clichés (comme vous avez dû l'être aussi ^^) Il était quelle heure quand vous êtes redescendus de la Montaña ? Hâte de découvrir la suite 🙂

    1. Merci pour tes encouragements Alexis ! 😉 En effet on a fait en sorte d’avoir le moins de monde possible sur nos photos, voire personne quand c’était possible. On est redescendu de la Montaña en fin de matinée, et il y avait déjà beaucoup moins de monde qu’à 7h. Le site à notre arrivée (à 6h) et à la fin de la journée (vers 16h30) était assez tranquille, d’où les photos sans personne ou presque 😀 Ca vaut le coup de se lever très tôt et d’accepter de redescendre très tard à la nuit tombée 🙂

  2. Encore une fois les photos sont absolument magnifiques! Toutes ces marches doivent être épuisantes mais quelle claque quand vous surplomber cette cité, je pense que moi aussi j’aurais tenté les deux milles et quelques marches supplémentaires. Bon je dis peut être ça car je suis actuellement dans mon lit mais dans ma tête, c’est une évidence. Merci pour cet article et j’espère que l’UNESCO fera en sorte de réduire réellement les visites pour que cette magnifique cité ne soit pas en péril ! Croisons les doigts

    1. Merci Laetitia ! 😉 En effet on n’a pas regretté de faire tous ces efforts pour aller aussi haut et surplomber le Machu Picchu. La vue depuis la Montaña est incroyable, et honnêtement ça fait du bien aussi de s’éloigner du brouhaha de la cité qui grouille de monde. Après c’est effectivement un bel effort à fournir, mais ça se fait et la récompense est bel et bien au bout 😀

  3. J’ai retenu une phrase: «  l’arrivée des bus » ..donc déjà ça évite les 1716 marches! Ouf 😅 !
    Par contre, je retiens aussi , frustration, car je ne serai pas capable de monter jusqu’à sommet et ça a l’air si beau!! Si grandiose !!
    Une très jolie balade ! Merci
    Pascale

    1. Le bus mène effectivement jusqu’aux grilles d’entrée, mais nous on a trouvé ça cher (15 USD les 20 minutes de bus. En plus c’est le prix de l’aller seulement) et surtout on était prêts à faire l’ascension. C’était un petit défi physique qui donne encore plus de saveur à la visite du Machu Picchu. Quant à la vue depuis la Montaña Pascale, je te l’accorde elle est sublime mais uniquement accessible à pied comme tu le notais. Néanmoins la vue sur les montagnes avec le cadre naturel du Machu Picchu, sans monter sur la Montaña, est déjà grandiose. Promis ! 😀

  4. Vos photos semblent tirées d’un rêve, j’adore l’atmosphère et l’ambiance qui s’en dégage. C’est vrai qu’à force de voir et revoir (et re-re-voir…) un lieu emblématique comme celui ci sur les réseaux, ça doit faire vraiment bizarre de se tenir enfin face à cette merveille, pour de vrai. Le genre de moment qui reste gravé au fond du cœur !

    1. oui c’était vraiment spécial tellement on l’avait vu et revu 🙂 Et puis tu en parles pendant un moment, tu réserves tes places, et puis tu te lèves à 4h du matin et gravis les 1700 marches. Quand tu arrives en haut, c’est indescriptible… Il y a trop de monde à notre goût mais cela n’enlève rien à la joie de faire face à cette merveille… Un souvenir inoubliable comme tu l’as si bien dit 😉

  5. Très joli article, waouh ! J’aime beaucoup l’atmosphère des photos et comme vous avez raconter ça, d’autant plus que c’est un endroit tellement visité, je me suis laissée prendre dans vos mots. Et sinon, je crois que je suis essoufflée pour vous ! 1700 marches et après 2160 ! Au final, c’est 2h15 de marches à monter, mais vous deviez être bien courbaturés le lendemain !

    1. Merci Alexandra 😉 Ca représente quelques marches en effet, il faut se préparer psychologiquement et physiquement surtout ! Niveau courbatures ça a été, on s’était déjà frotté à quelques randonnées coriaces dans la région 🙂

Laissez nous un petit commentaire, nous y répondrons avec plaisir !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial