Les îles flottantes : l’entrée au Pérou par la petite porte

enfants-iles-flottantes-uros

Les îles flottantes sont notre première escale au Pérou. Après un mois bercés par les décors irréels de la Bolivie, nous passons la frontière péruvienne et posons nos sacs à Puno. Cette petite ville littorale sans grand intérêt est implantée à 3800 mètres d’altitude, sur la rive ouest du lac Titicaca. Mais Puno est avant tout la porte d’entrée vers les îles flottantes.

Avertissement préliminaire : Amateurs d’authenticité, les îles flottantes ne sont PAS faites pour vous !

Vous le verrez tout au long de cet article, cette excursion et la « rencontre avec les locaux » nous ont semblées tout à fait artificielles. Cependant le procédé de fabrication des îles est tout de même intéressant, et nous avons pu prendre quelques jolies photos. Si vous souhaitez vous y rendre, je vous invite donc à continuer votre lecture. Et sinon, je vous invite tout de même à lire mes jérémiades juste pour le fun.

 

Îles flottantes ou îles d’Uros, il s’agit de la même excursion. Le départ en bateau se fait le matin depuis Puno, direction las islas flotantes.
Il ne fait pas très chaud le matin de notre départ, malgré un soleil éclatant et un ciel parfaitement dégagé. Nous appareillons sur un bateau à moteur de deux étages, sans trop savoir dans quoi nous nous embarquons…

Non on n’était pas dans ce bateau là.
bateau-paille-iles-flottantes-uros
Dans celui-là non plus, voyons ! Vous voyez bien que c’est de la paille (localement on appelle ça des roseaux il paraît)

Puno et les îles flottantes

Au terme d’une petite demi-heure de navigation très agréable sur le lac Titicaca, notre groupe est accueilli par plusieurs femmes en tenue traditionnelle. Nous posons le pied « à terre » sur cette île à peine plus grande qu’un terrain de basket, et sans plus attendre nous sommes invités à nous asseoir. Nous écoutons les explications du guide qui nous raconte l’histoire de ces îles flottantes conçues à base de roseaux.

Près de 3000 personnes vivent sur les îles flottantes aujourd’hui.

Les îles flottantes, comment ça marche ?

Les insulaires commencent par récupérer de solides blocs de racines de roseaux immergés dans l’eau. Ces derniers mesurent environ 50x50cm. Ils plantent ensuite un bâton au centre de chaque bloc et rattachent ces derniers les uns aux autres à l’aide de cordes. En quelques semaines, les racines prennent et les blocs s’unissent pour ne former plus qu’un immense et unique bloc flottant.

fonctionnement-blocs-iles-flottantes-uros
Une image vaut mille mots paraît-il. C’est peut-être plus clair comme ça du coup ?

Aménager son île

Une fois l’île constituée, les habitants déposent des tiges de roseaux séchés sur l’ensemble de la surface en veillant à les mettre toutes dans le même sens. La semaine suivante, on ajoute une nouvelle couche de roseaux à la perpendiculaire de la première. Une semaine plus tard, on ajoute la 3ème couche. Ces îles flottantes ont une durée de vie d’une cinquantaine d’années.

Avec pareille exiguïté, mieux vaut bien s’entendre avec le voisinage…

Les îles flottantes, Disneyland Pérou

À peine les explications terminées, les femmes se ruent littéralement sur les touristes (donc nous !) pour nous faire visiter leur « maison ». Construites en totora (roseau) comme le veut la tradition, ces petites cabanes logent à peine un lit. Mais il y a largement la place pour stocker tous leurs produits artisanaux en revanche ! Et devinez quoi ? On est cordialement invités à regarder… et à acheter !

îles flottantes Puno Pérou
Ce qui se passe à peu près dans ma tête à ce moment-là…
On a voulu faire un barbecue, ils étaient pas chauds. J’ai toujours pas compris pourquoi…
achats-iles-flottantes-uros
(Légende sérieuse) Contraste saisissant entre l’authenticité de ces maisons en roseaux et la technologie des panneaux solaires.

Un péruvien jovial vient nous affubler de vêtements traditionnels.

deguisement-peruvien-uros
Nous sommes tous TRÈS À L’AISE.
Alors qui porte le mieux la tenue traditionnelle ? Pour la jolie péruvienne de gauche tapez 1, pour les vilains zozos de droite tapez 2.
enfants-iles-flottantes-uros
Heureusement que ce mignon petit enfant était là pour nous amener un peu de fraîcheur.

Migration des insulaires

À l’origine, ces îles flottantes se trouvaient plus près de la Bolivie que du Pérou en raison de la présence des puissants Incas dans la partie péruvienne. Mais les habitants ont déplacé leurs îlots et ce n’est que depuis quelques années que ces nomades du Titicaca ont « élu domicile » au large de Puno, côté Pérou. C’est l’ancien président péruvien Fujimori qui les a invités à s’installer là,  afin de profiter du tourisme. Mission plus qu’accomplie !

excursion-bateau-iles-flottantes-uros
Pour quelques Soles de plus, vous pouvez faire une mini excursion de 10 minutes sur ces bateaux en totora, créés spécialement pour les balades de touristes. AUCUN INTÉRÊT.
chant-peruviennes-excursion-uros
Au retour, ces adorables Péruviennes vous chanteront « alouette gentille alouette » ou autre chant selon votre langue natale. Oui, on en est là…vous comprenez mieux le désarroi ?

La perle des îles flottantes : Con -Lanta

Passée cette première heure tout à fait délicieuse, nous remontons à bord de notre embarcation motorisée. Nous trépignons d’impatience à l’idée de découvrir d’autres îles sauvages peuplées d’authentiques nomades à l’image de celle que nous venons de visiter. Direction une île flottante située à quelques coups de pagaie et ô stupeur, on passe de Disneyland Pérou à Con-Lanta*, l’île bar/restaurant conçue de toutes pièces pour les touristes. Un bar flottant et une demi-heure dans la vue. On touche le fond.

*nom non-officiel des îles, bien entendu !
îles flottantes puno perou
Désabusé, désoeuvré, déçu, décontenancé… que des adjectifs en « dé » pour décrire ce désarroi profond que ce chien illustre assez bien… et encore sa détresse est bien peu de chose comparée à la mienne.

 

Vous l’aurez compris, la visite des îles Uros ne restera pas dans notre top des expériences au Pérou. On s’est sentis comme des portefeuilles sur pattes, mais qui peut en vouloir à ces Péruviens qui vivent exclusivement du tourisme ?

cuisine-traditionnelle-perou-uros
« Toujours à se plaindre ces Gringos… Mais quand faut porter la marmite en fonte de 200 kilos y a plus personne ! »

Icône Prix Nous avons négocié directement dans le bus avant notre arrivée à Puno avec l’agence Lago Tour pour un package à 105 Bs / pers comprenant :
– une nuit d’hôtel à notre arrivée à Puno à Hostal Posada del Gringo, très bien avec un bon petit déj inclus
– excursion 2 jours/1 nuit comprenant transport en bateau depuis Puno sur les îles Uros, île Amantani puis île Taquile et possibilité de laisser nos sacs à l’hôtel.

 

Pour notre 2ème étape au Pérou, cap sur l’île Amantani pour une escale d’une nuit chez l’habitant …

 

12 Comments

  1. A chaque « îles flottantes », je voyais des blancs en neige sur de la crème anglaise. Est-ce que j’ai faim ? Peut-être !

    C’est toujours un peu compliqué ces « villages attractions », ça fait quand même de très jolies photos et vous êtes canons en péruviens 😉

    1. Ahaha! 😀 c’est gentil pour le compliment mais on n’y croit pas un instant ! On n’était vraiment pas à notre aise affublés comme ça.
      Quant au parallèle avec le dessert, comment te jeter la pierre 🙂

  2. J’avoue n’avoir jamais entendu parler de ces îles. D’après ce que vous écrivez, ça représente tout ce que je n’aime pas : j’aime pas ce côté où on force le trait de la prétendue authenticité pour attirer le touriste et le faire acheter. En tout cas merci car je garderai mon temps et mon argent pour autre chose lors d’un voyage au Pérou 😉
    En tout cas les photos sont très jolies !
    PS : j’adore le contraste entre les maisons en roseaux et le panneau solaire, en effet ^^

    1. C’était aussi un condensé de ce qu’on n’aime pas 😉 d’où cet article très critique. Mais le reste de l’excursion sur le Titicaca côté péruvien était vraiment mieux. On essaie aussi de prévenir et mettre en garde, c’est le but pour éviter que comme nous, trop de gens se fassent avoir.
      Néanmoins tout n’est pas à jeter, découvrir la façon de concevoir ces îles et la vie vraiment hors du commun de leurs habitants étaient très intéressant, c’est juste trop tourné « tourisme de masse ». Mais ça convient à certaines personnes. Chacun son truc ^^

  3. Coucou,
    Je suis la touriste type!! Tout ce qu’il y’a à faire , je le fais!! Au risque d’être parfois déçue, mais pas toujours!
    Ce que j’ai préféré , qu’on me déconseillait comme un piège à touristes, est un spectacle de tango à Buenos Aires !! J’avais adoré!! Et beaucoup d’autres choses comme ça!
    Donc ces îles, c’est sûr moi je les fais, + le tour de bateau, + j’achète tout à ces braves dames!! Il y a tellement de souvenirs à ramener 😉😉..
    Belle expérience en tous cas!!
    J’attends la suite!!
    Pascale

    1. Merci Pascale pour ton enthousiasme 😀 C’est sûr que ce qui plaît à certains ne plaît pas forcément à d’autres. On n’a pas aimé le côté « on t’oblige à aller là et à acheter ça », mais pour la découverte des îles dans un cadre époustouflant, c’était chouette. C’est surtout la méthode de fabrication qui nous a intéressés.
      La suite viendra très vite, promis 😉 avec des îles un peu moins touristiques et commerciales (ce n’est pas difficile en même temps!)

  4. J’ai entendu parler de ces îles et j’en avais déjà retenu la même chose : que ça faisait trop attrape touristes. Alors d’un côté comme vous dites c’est intéressant à voir et naviguer sur le lac Titicaca c’est un rêve un peu 😊 Mais ce genre d’endroit me met aussi très mal à l’aise 😅
    En tout cas super article, comme toujours, j’aime beaucoup votre blog qui me fait rire et m’apporte de précieuses infos 😊

    1. Merci beaucoup Mandy, c’est adorable de ta part ! En effet on a aimé apprendre comment étaient conçus tous ces îlots, c’est vraiment épatant ! Il fallait avoir l’idée. C’est un mode de vie hors du commun pour ces habitants, donc c’était intéressant de découvrir cela. Le cadre du Titicaca vaut à lui seul le détour d’ailleurs 🙂 mais en effet, se faire trimballer comme une classe découverte, c’est pas du tout notre truc.
      Si on t’a fait rire c’est le principal, mission accomplie pour nous 😀

  5. Article très instructif. Je n’ai jamais entendu parler de ces îles, mais je comprends très bien ce que tu as ressenti. On a vécu la même chose au Kenya, dans les « villages » Masaï. On a bien plus rencontré les Masaï en dormant dans les campings qu’ils gèrent, tous assis autour du feu, à se raconter des blagues que chacun essayait de traduire…

    1. Ah je ne soupçonnais qu’il en allait de même en Afrique..! C’est malheureux car c’est vraiment inintéressant pour les visiteurs qui n’apprennent pas grand chose. Enfin pas pour tout le monde car certaines personnes se contentent de ce genre de visite, mais franchement nous on s’est ennuyés ferme. Tout est « fake », même leur pseudo accueil donc bon ce n’était pas vraiment à notre goût dira-t-on poliment 😀 Mais la suite (qui arrive bientôt!) était bien mieux 😉

Laissez nous un petit commentaire, nous y répondrons avec plaisir !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial